Tag

nutrition

Browsing

J’ai longtemps eu une relation amour/haine avec la nourriture. Après plusieurs années à travailler sur moi, je peux affirmer que j’ai grandement amélioré cet aspect de ma vie. Toutefois, il me reste encore un bout de chemin à faire. Je suis humaine et il m’arrive d’avoir certains moments où je me sens moins en contrôle face à mon alimentation.

Dans une ère où l’on nous présente une pub de Big Mac, suivie d’une fille au corps photoshopé, il peut devenir difficile de faire la part des choses. Et non ce ne l’est pas seulement pour nous les femmes, mais pour vous aussi les boys. Cet article ne s’adresse pas non plus seulement aux personnes souffrant d’un trouble alimentaire, mais bien à quiconque désire améliorer cet aspect de sa vie.

Ça peut sembler cliché, mais on dit qu’il faut « manger pour vivre et non vivre pour manger ». C’est une bien belle phrase, mais au quotidien, la ligne est souvent mince entre les deux! J’ai donc rassemblé pour toi mes meilleurs conseils pour avoir une relation saine avec la nourriture.

1- IDENTIFIER LES TENTATIONS ET TROUVER DES ALTERNATIVES

À quel moment craques-tu habituellement? Est-ce que lorsque tu passes chaque matin devant la boulangerie, l’odeur des croissants te fait flancher? Après le souper, te diriges-tu tout droit vers le paquet de biscuits dans ton garde-manger?

Les réponses à cette question sont infinies et propres à chacun. Tu te dois absolument de connaître les tiennes! Identifier clairement les situations où tu es plus à risque de faire des « mauvais choix » est la première étape. Par « mauvais choix », j’entends tout ce qui ultimement affecte négativement tes objectifs, ta vie ou ta santé et que tu regrettes après coup.

La deuxième étape est de trouver des solutions alternatives afin d’obtenir un résultat différent. Par exemple, si après mon souper je mange des biscuits à même le paquet, une alternative serait de me prendre seulement UN biscuit et de ranger le reste (je sais c’est difficile). Encore mieux, je pourrais remplacer mon biscuit par un morceau de chocolat noir à 70% de cacao et plus ou encore par une boisson chaude et réconfortante comme celle-ci.

2- MANGER EN PLEINE CONSCIENCE

L’art de manger en pleine conscience, c’est se donner le droit d’être parfaitement présent, de corps et d’esprit dans le moment du repas.

Le corps humain est une machine formidable, parfaitement doté de tous les signaux nécessaires pour nous communiquer ses besoins. Le hic est que bien souvent, nous ne l’écoutons pas assez attentivement. Constamment à la course entre le travail, les études, la famille et l’entraînement, on ne prend plus le temps de s’arrêter pour manger. Ton corps mérite que tu lui accordes ce moment.

Assieds-toi dans un endroit calme, à l’abris des distractions et prends au moins 20 minutes pour savourer ton repas, en mastiquant longuement chaque bouchée. Cela favorisera une meilleure digestion et une économie d’énergie de ton organisme pour en assimiler les nutriments. De plus, tu laisseras aux signaux de satiété le temps nécessaire pour se manifester, ce qui t’évitera de manger excessivement.

3- ASSUMER SES CHOIX ET RESTER ZEN

Dans la vie, rien n’est rarement tout noir ou tout blanc, bien ou mal: tout est une question de perspective. Selon cette même logique, il ne devrait pas y avoir « d’aliments maudits ».

Je te l’accorde, il est vrai que certains aliments sont bons pour la santé et que d’autres non. Toutefois, tout est dans la signification ou la valeur morale que nous leur attribuons. Par exemple, accompagner son tartare de quelques frites au resto un samedi soir n’a jamais tué personne. Manger une part de gâteau à son anniversaire non plus. Peut-on affirmer que les frites et le gâteau sont ‘santé’? Non. Or, ils existent et il n’y a rien de mal là-dedans. T’autoriser des écarts raisonnables en faisant preuve de GBS (gros bon sens) est en fait bénéfique pour ta santé mentale.

Évidemment, si tu as des objectifs de perte de poids ou de remise en forme, tes choix doivent s’y aligner. Cependant, vivre constamment dans la restriction peut devenir malsain à long terme et t’entrainer à faire des excès. Tu pourrais facilement te retrouver aspiré dans un cercle vicieux de culpabilité-privation-binge.

Ainsi, lorsque tu décides de manger un mets qui sort du cadre normal de ton alimentation ‘santé’, assume ton choix. En autant qu’il s’agisse d’une occasion et non d’une habitude. Profites-en et savoure pleinement, sans te culpabiliser et te stresser. Lorsque nous nous sentons stressés, notre corps libère du cortisol (hormone du stress). Un taux élevé de cortisol est associé à une prise de poids. Alors, raison de plus pour rester zen.

4- DIFFÉRENCIER L’APPÉTIT DE LA FAIM

L’appétit peut se définir par l’envie de manger et peut viser un certain aliment en particulier ou non. La faim, quant à elle, est le besoin de manger et est caractérisée par une sensation physique (ventre creux). La faim n’est pas spécifique, on ne dit pas : « j’ai faim de gâteau ».

Lorsque tu as envie de manger, développe le réflexe de te questionner avant de passer à l’acte:

  • Quelle est la cause cette envie?
  • Est-ce par ennui ou besoin de distraction?
  • Est-ce que je vis une émotion non-plaisante comme le stress, l’anxiété ou la tristesse?
  • Est-ce par habitude ou sentiment d’obligation? Exemple: il est midi, donc c’est l’heure de manger.
  • Sur une échelle de 1 à 10, à combien j’évalue ma faim?

Bien sûr, le but ici n’est pas de faire une psychanalyse, mais plutôt de simplement prendre une pause pour réfléchir avant d’agir. Si tu as toujours des doutes sur ta faim, prends un verre d’eau. On confond souvent la soif avec la faim, donc cela devrait suffire à t’apporter réponse.

5- NE PAS CRAINDRE SA FAIM OU « AVOIR PEUR D’EN MANQUER »

Tel que mentionné plus haut, ton corps est parfaitement équipé pour te communiquer ses besoins. Lorsque tu auras réellement faim, les signaux physiques vont se manifester et tu n’auras qu’à te servir. C’est aussi simple que ça.

À moins de vivre dans un pays en voie de développement ou en Hermite, tu as sans doute accès à une quantité abondante de nourriture en permanence. La clé est de comprendre qu’elle sera toujours accessible et de respecter ton corps en ne lui donnant que ce dont il a besoin.

6- SE FAIRE CONFIANCE ET SE TRAITER AVEC DOUCEUR

Fini les discours intérieurs du genre: « Je n’ai aucun contrôle ou discipline, je n’ai pas de volonté, je ne suis pas capable de me contenir! ». Que crois-tu qu’il va arriver de bon si tu te parles de la sorte? T’adresserais-tu aussi sévèrement à ton meilleur ami, ta sœur? Organise tes pensées de façon à ce que la nourriture ne soit pas perçue comme un point central dans ta vie, mais bien comme un carburant et une occasion de soigner ton corps en lui fournissant les meilleurs nutriments.

Si je te dis ne pas penser à un éléphant rose, à quoi penses-tu en ce moment? Si toute la journée au boulot tu obsèdes sur le fait qu’il ne FAUT PAS que tu plonges dans le sac de chips en rentrant à la maison et que tu angoisses à propos de ce scénario, que penses-tu qu’il va se produire lorsque tu mettras les pieds chez toi?

Focus plutôt sur ce que TU PEUX faire, sur les alternatives aux tentations que tu as identifiées. Visualise positivement le scénario que tu aimerais voir se produire plutôt que celui que tu redoutes. Planifie et prends les actions nécessaires pour qu’il se réalise: prépare des repas sains et équilibrés à l’avance. Et une fois que c’est fait et que tu as décidé ce que tu mangeais ce soir, ne remet plus cela en question et concentre-toi sur ton moment présent et tes occupations.

nourriture

CONCLUSION

Enfin, je pourrais continuer cette liste de conseils car il existe plusieurs autres trucs pour avoir une relation saine avec la nourriture. Cependant, je veux que tu retiennes que l’essentiel du travail se fait dans ta tête. Le reste c’est de la pratique et un peu de volonté. Comme on dit en anglais: ‘Practice makes perfect’.

C’est ainsi que tranquillement, tu forgeras de nouvelles habitudes, qui viendront remplacer les anciennes. L’être humain est une créature routinière, qui emprunte les mêmes chemins par automatisme. On appelle ça la zone de confort. Selon la science, Il faut au moins 2 mois pour créer une habitude. Donc, concentre-toi sur les petites actions que tu peux poser au quotidien plutôt que d’obséder sur le résultat. Avec le temps, ce sera plus facile. Je te promets que sans t’y attendre, un jour tu seras surpris de voir des résultats et de constater à quel point tu auras transformé ta vie.

Si tu crois être aux prises avec un trouble alimentaire, parles-en à un professionnel de la santé, comme ton médecin ou à un psychologue.

Références

Approches énergétiques, 2016, Collège des Médecines Douces du Québec

Sandee LaMotte, 2017, en ligne : https://www.cnn.com/2017/02/23/health/stress-weight-gain-study/index.html (page consultée le 1er février 2018)

Lally, P., van Jaarsveld, C. H. M., Potts, H. W. W. and Wardle, J. (2010), How are habits formed: Modelling habit formation in the real world. Eur. J. Soc. Psychol., 40: 998–1009. doi: 10.1002/ejsp.674

Edward ABRAMSON, PhD, 2005, en ligne: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1681731/ (page consultée le 1er février 2018)

Tout d’abord je tiens à  te dire : BONNE ANNÉE! YOU made it! Tu es passé au travers l’année et Dieu sait que nos vies ne sont pas toujours faciles alors je suis fière de toi 😊. Ceci étant dit, peut-être que tu n’as pas été sage pendant le temps des fêtes, right? En fait je te le souhaite, car vivre constamment dans la restriction n’est pas très joyeux et fait plus de tort que de bien à la longue.

Si entre Noël et le Jour de l’An tu 🙋:

→ As mangé plus qu’à l’habitude

→ As mangé moins ‘santé’

→ T’es moins entraîné

→ As bu plus d’alcool et moins d’eau

→ T’es couché tard

Ce qui suit est pour toi. Dans cet article je te donne mes 5 meilleurs conseils pour te remettre sur pied en un rien de temps. Si tu es une personne qui en général prend soin de sa santé, en gros le secret est de te remettre à tes bonnes habitudes aussi rapidement que possible. Là je t’entends déjà me dire à quel point le 2 janvier ça peut être « rough », je sais. Vois ça un peu comme un bain d’eau glacé, plus vite tu plonges, plus vite c’est fait et ça fait du bien après coup.

 

1- HYDRATE-TOI…EN MASSE

Le scénario envisageable est le suivant : tu as bu plus d’alcool et moins d’eau que d’habitude. Ajoute à ça toute la nourriture souvent riche en sel des réveillons et nous avons le cocktail parfait pour faire de la rétention d’eau! Alors cours te servir un verre d’eau et bois-le tout en continuant de lire mon article.

Excès alimentaire ou pas, je recommande de viser une consommation quotidienne de 3L d’eau. Que tu boives beaucoup ou peu en moyenne, n’aies pas peur d’en « abuser » puisqu’il est difficile, voire presque impossible de consommer trop d’eau.

Si tu aimes le thé vert, il peut aussi s’agir d’une bonne option pour favoriser d’avantage l’élimination. Les fameuses boissons digestives prises à jeun le matin, peuvent également faire des miracles pour te remettre « sur le piton ». Il suffit d’une tasse d’eau chaude, du jus de citron, de gingembre frais râpé, d’un peu de vinaigre de cidre de pomme, de curcuma et de poivre et le tour est joué. Ce mélange riche en antioxydants et anti-inflammatoires est excellent pour nettoyer ton organisme et te débarrasser des toxines que tu aurais pu absorber avec la nourriture des fêtes.

 

2- MANGE TES LÉGUMES

Si je poursuis avec mes suppositions, il y a fort à parier que tu aies mangé moins de légumes ces derniers jours, je me trompe? En effet, quand le pâté aux patates (true story) vole la vedette au brocoli en guise d’accompagnement dans ton assiette, celle-ci devient un peu moins…équilibrée!

Assure-toi que les légumes représentent la moitié de ton assiette. De plus, privilégie la catégorie des crucifères comme les choux et le brocoli, qui sont riches en phytonutriments détoxifiants, en vitamines et en fibres, en plus d’aider à la perte de gras.

 

3- COUCHE-TOI TÔT POUR VRAI

Le temps des fêtes est souvent synonyme de…fêtes (le nom le dit)! Se coucher aux petites heures du matin ou moins dormir qu’à l’habitude peut perturber ton cycle du sommeil et considérablement « affaiblir » ton système, ce n’est rien de nouveau. De plus, la fatigue peut parfois se traduire par une augmentation de l’appétit. En manque d’énergie, le cerveau nous joue des tours et nous commande de manger. Reste à l’affût dans mon prochain article je t’explique COMMENT mieux dormir ;). 

 

4- RETROUVE TON AMI LE GYM

Rien ne vaut un bon entraînement pour suer les calories en extra du pâté aux patates. Alors revêtis tes plus beaux habits de #fitbabe and hit the gym! Dose d’énergie et sentiment de bien-être garanti. Inutile d’en dire plus.

 

 

5- DON’T PANIC MONIQUE

Finalement, mon dernier conseil est sans doute le plus important, soit de ne pas t’en faire. Comme je te disais en introduction, il est normal et tout à fait SAIN de faire quelques écarts à l’occasion. Viser la perfection est la meilleure façon de se rendre malheureux. Si tu appliques ces trucs, tu retrouveras rapidement la forme que tu avais avant le 24 décembre. Il se peut que tu aies pris quelques livres, mais ne te fie pas seulement à la balance. Une multitude de facteurs peuvent avoir un impact sur le nombre qui y apparaît. On pense entre autres à la rétention d’eau, l’inflammation ou simplement la nourriture qui n’a pas encore été toute éliminée par ton organisme.

 

En terminant, souviens-toi que de la même façon que 4 ou 5 jours de régime santé et d’entraînement ne vont pas transformer ton corps, ce même nombre de jours de « tricherie » ne le fera pas plus. Alors garde le sourire et reste zen dans tout ça. Tout ira bien et rentrera dans l’ordre, je te le promets.

V. -xx

 

💚 PRÉPARATION : 15 MIN 💚 CUISSON : 20 MIN 💚 TOTAL : 35 MIN                                    

Avec les années, je suis devenue de plus en plus consciente que mes choix et mon mode de vie ont une incidence directe sur la manière dont je me sens, mon niveau d’énergie et mon état en général. Cette réalisation s’est concrétisée encore plus depuis le début de mes études en nutrithérapie. En effet, je n’avais pas réalisé à quel point nous sommes constamment exposés à des ‘contaminants potentiels’ sans même le savoir et ce bien souvent en dépit de notre bonne volonté! J’avoue que lorsque j’en ai appris d’avantage sur tous les additifs qui se trouvent dans des produits industriels populaires que je consommais couramment, sans parler de ceux présents dans notre environnement, je suis devenue un peu freak!

Heureusement, je ne peux pas vivre dans une bulle de plastique, où je ne me nourrirais exclusivement que mes propres légumes bio que je cultiverais. De toute façon, cela ne serait pas sain du tout et créerait d’autres problèmes, dont le fait de me rendre encore plus freak.

Qu’on le veuille ou non, nul n’est à l’abri de toutes ces toxines qui sont caractéristique de nos sociétés modernes. C’est pourquoi je suis d’avis que la meilleure protection est d’abord d’adopter la meilleure hygiène de vie possible afin que notre corps, comme un bouclier, soit bien armé pour affronter et résister aux agressions.

Le changement de saison est souvent un moment de prédilection pour effectuer un ‘bon nettoyage’. Au printemps et en été, les fameux smoothies detox ont la cote. Or, lorsque le mercure descend sous la barre des zéros, un peu de réconfort est de mise! C’est pourquoi j’ai créé cette recette de potage, qui à la même manière que certains smoothie, vous procurera un boost de vitamines et nutriments, avec tous leurs bienfaits, tout en vous réchauffant le cœur.

PROPRIÉTÉS DES INGRÉDIENTS

⇒ Curcuma & gingembre: Ces épices traditionnellement utilisées en cuisine indienne sont reconnues pour leurs vertus. Elles renforcent le système immunitaire, stimulent la digestion et aident à nettoyer l’organisme

⇒ Romarin: Il est un puissant antioxydant, anti-inflammatoire et anti-microbien

Kale & patate douce: Ces légumes colorés sont des anti-inflammatoires de choix

Bouillon de poulet: Le bouillon, particulièrement lorsqu’il est fait maison, contient des protéines qui sont un allier contre l’inflammation. Si vous suivez un régime végé ou vegan, vous pouvez opter pour le bouillon de légumes tout en bénéficiant des autres avantages de cette soupe

Huile d’olive: Elle fait partie des types de gras à privilégier pour prévenir de nombreuses maladies (cardio-vasculaires, cancers etc.) et favoriser une bonne santé

INGRÉDIENTS
  • 1 petit oignon, haché
  • 1 c. à soupe d’huile d’olive
  • 1/2 patate douce, pelée et coupée en fines tranches
  • 2 branches de céleries, coupées en petits morceaux
  • 2 grosses feuilles de Kale, coupées sans la tige
  • 1 petit zuchini, coupé en morceaux
  • 2 à 3 tasses bouillon (légumes ou poulet) selon la consistance désirée. J’ai mis 3 tasses pour une soupe plus liquide
  • 1 branche de romarin, sans la tige
  • 1 c. à soupe de gingembre frais râpé
  • 1 c. à soupe de curcuma
  • Sel himalayen & poivre
PRÉPARATION
  1. Dans une grande casserole, chauffer l’huile d’olive, attendrir l’oignon et faire revenir la patate douce à feu moyen.
  2. Ajouter les autres légumes ainsi que le bouillon. Porter à ébullition, couvrir et laisser mijoter une quinzaine de minutes ou jusqu’à ce que les légumes soient ramollis.
  3. Passer au mélangeur et réduire en une purée lisse. Saler et poivrer au goût
  4. Se conserve jusqu’à une semaine au réfrigérateur. Se congèle. Donne 4 portions

 

 

Aujourd’hui c’est gris.
Aujourd’hui il pleut
Aujourd’hui je me sens bien

Alice au pays des diètes

Je me suis finalement décidée à sortir mon portable et à me mettre à l’écriture. La raison de cet élan est que j’avais spécialement envie de te partager une expérience récente.
Il y a quelques années, je l’aurais sans doute considérée comme un échec. Aujourd’hui c’est différent. Aujourd’hui, je peux te dire que c’est une petite victoire et que ça me fait du bien.
Je t’explique: cela fait depuis la nuit des temps que je dépense énormément d’énergie à tenter de trouver la diète optimale…chercher la marmite d’or au pied de l’arc-en-ciel; un genre d’épopée rocambolesque où je rêve de prendre la clé des champs, m’évader au Pays des corps parfaits et des esprits libres de tracas. Tu me suis ?

« Donner le go » à la keto

Aujourd’hui ça faisait 3 semaines que j’étais sur une nouvelle « diète ». Encore une fois, j’ai prêté mon corps à la science dans l’espoir de voir un dénouement à cette quête…dans l’espoir que cette fois je pourrais dire « Eurêka ! ». Hélas ce ne fut pas le cas.
Je tiens à faire un parallèle ici : je ne crois pas aux diètes trop restrictives et temporaires, qui selon moi ne produisent pas de bons résultats à long terme. J’aspire plutôt à trouver MON « style » alimentaire durable: Celui dans lequel je me sens saine, en accord avec mes besoins, préférences et croyances et qui me permettent d’atteindre mes objectifs.
Le régime que j’ai essayé se nomme « alimentation cétogène » ou Keto diet.  Au départ, je m’étais fixé comme objectif de tenter le coup avec ce genre d’alimentation durant 1 mois, puis d’évaluer si je poursuivais ou non. Résultat: Aujourd’hui j’ai pris la décision de mettre le tout en veilleuse.

C’est vrai, je n’ai pas respecté mon objectif. « Honte à moi ! », « Je n’ai aucune discipline », « je ne vais jamais au bout de rien », se serait écriée l’ancienne Virginie. Mais pas la nouvelle, pas aujourd’hui, ni demain, ni jamais dans 100 ans.
En effet, j’ai fait le choix de ne plus tenir ce genre de discours intérieur. Si tu t’es déjà parlé de la sorte toi aussi, laisse-moi seulement te dire qu’il faut s’accepter pleinement et apprendre à s’aimer tel que l’on est avant d’envisager faire un changement et atteindre un but. La même logique s’applique sans égard à la sphère de sa vie dont il est question (apparence physique, amour, carrière etc.)

 J’ai écouté mon corps et mon cœur et ensemble, leurs voix ont été plus fortes que toutes les règles, les barrières et la pression que j’avais pu mettre sur les épaules de mon petit être. 

C’est okay de se tromper

Comprend-moi bien ici, mon expérience avec la Keto s’est overall bien déroulée, seulement quelque chose avait changé en moi. Même si j’avais emprunté cette route bien des fois, Je n’étais plus la même dans ma traversée du désert, et non je n’ai pas trouvé l’oasis. Ce que j’ai trouvé était mieux encore: une force et un pouvoir toujours plus grand à écouter cette petite voix à l’intérieur.TOI seule sais ce qui est le mieux pour TOI (retiens-ça).

En cette journée pluvieuse, je pourrais te dire que je me sens maussade parce que j’ai fail ma diète, mais nah! Je te dis plutôt que je me sens super bien et sereine car j’ai finalement accepté le fait que je n’aurai JAMAIS le corps parfait, pis c’est correct.

Conclusion

Je vais sans doute reprendre la Keto ou opter pour une version plus « low carb » plutôt que presque « no carb ». Peu importe…l’essentiel de mon message n’est pas là. Cela ne veut pas dire que je renonce à bien m’alimenter, à l’entraînement et à mes objectifs, mais simplement que j’écoute comment je feel et que si en ce vendredi soir, j’ai envie de manger un morceau de pain baguette avec du fromage, je vais le faire! À quoi bon se rendre malheureux ? L’enjeu ici est de ne pas succomber à la baguette entière, mais je m’aime assez pour ne pas m’auto-saboter. Mieux vaut apprendre à s’accepter (on ne le dira jamais assez), tout en continuant de travailler à s’améliorer. LÀ est la clé du bonheur et du succès, si tu me demandes mon avis. Après tout, le plus beau corps est celui dans lequel tu te sens bien.

P.S si tu sais où se trouve le pied de l’arc-en-ciel, peux-tu m’y emmener please ? Moi j’ai cherché la marmite d’or depuis des lunes, sans jamais la trouver.

V. -xx